Programme Tujenge Amani!

Le programme Tujenge amani ! est à sa troisième phase et vise la réduction des violences communautaires à travers le dialogue social.  Ce programme tire ses origines de résultats des engagements que les acteurs des différentes couches sociales avaient pris au cours du dialogue social de Bunyakiri tenu en décembre 2013.  La première et deuxième phase ont été exécutés dans la période comprise entre juillet 2014 à Juin 2017. Au cours de cette période, des principales actions étaient organisées dans les territoires de Kalehe et de Shabunda au Sud-Kivu et à Walikale au Nord Kivu. Dans ce dernier territoire, seulement les informations sur l’identification des parties prenantes et l’analyse du contexte étaient collectées en vue de préparer la mise en œuvre effective des actions de dialogue social tant que processus.

Ce Programme est mis en œuvre par l’ONG Action pour la Paix et la Concorde(APC) avec l’accompagnement technique et financier du  Département Fédéral des Affaires Etrangères (DFAE) Suisse  à travers son ambassade en République Démocratique du Congo (RDC) à  Kinshasa.  Ce programme s’inscrit dans le cadre du programme de stabilisation de l’Est de la RDC (STAREC) qui bénéficie de l’accompagnement technique de la section d’appui à la stabilisation de la MONUSCO. Il s’agit donc d’un programme de stabilisation dans des zones affectées par les conflits communautaires exacerbés par les conflits armés dans l’Est de la RDC. Il vise à susciter l’engagement des acteurs locaux, nationaux et internationaux en faveur des actions susceptibles de réduire les violences communautaires à travers le dialogue social. Une de particularité de ce programme est le ciblage des zones affectées conflits violents et abandonnées par les autres intervenants et le courage, l’abnégation d’aborder avec les parties prenantes les questions cruciales de la stabilisation et difficiles comme les cas de groupes armés et des conflits communautaires violents.

Il est une approche participative et itérative se servant du dialogue social comme outil de transformation  pacifique de conflits en vue réduire les violences  communautaires. Au centre de cette approche, le renforcement de la résilience communautaire reste indispensable pour le développement des capacités d’auto-prise en charge des acteurs locaux face aux conflits violents, aux manipulations  et autres problèmes qui déstabilisent la vie socioéconomique.

Cette troisième phase vient non seulement consolider les acquis de deux précédentes phases  dont le  renforcement des structures communautaires qui sont les noyaux et CDM Tujenge Amani mais se conformer aux réalités en innovant d’autres stratégies comme l’intégration de la sociothérapie et le plaidoyer aux différents niveaux notamment sur la réinsertion socioéconomique des démobilisés.

Ce programme a déjà le mérite d’avoir mobilisé et   atteint la participation de représentants des autorités politiques, sécuritaires et coutumières, des femmes, hommes, les jeunes leaders des communautés au niveau local, du territoire et provincial dans un processus de stabilisation. Les  capacités de ces acteurs  ont été renforcées en techniques d’analyse, de transformation des conflits et la culture de dialogue. Les engagements des acteurs sociaux et étatiques aux cours de dialogues sociaux ont été mis en œuvre  et les résultats clés sont entre autre : (a) Le renforcement de capacités de résilience des communautés à travers les ateliers de renforcement des capacités et l’engagement des  21 structures communautaires de paix dont les noyaux  Jeunesses et Mamans Tujenge Amani et de CDM impliquant 282 membres ainsi que les autorités locales dans les actions de réduction des violences communautaires pour la stabilisation. Ainsi les communautés développent progressivement les capacités d’auto-responsabilisation pour prendre leur destin main ; (b) Le désengagement des leaders et population des groupes armés, sur base de dialogues sociaux plus de 1500 combattants ont quitté les groupes armés. Les membres des communautés ont fini par comprendre la nécessité des services de l’Etat et la confiance se restaure progressivement entre les services étatiques et les acteurs sociaux dans la perspective de consolidation de la paix.  Ainsi, la restauration de la culture de dialogue  comme mode de transformation des conflits dans les communautés est sur une voie encourageante.

Stratégies de mise en œuvre

La mise en œuvre de cette troisième phase du Programme, qui va de juillet 2017 à juin 2019, vise d’une part la consolidation des acquis de la première phase dans les territoires de Shabunda et de Kalehe  ainsi que l’extension des actions dans le territoire de Walikale dans le Nord-Kivu.

Pour accomplir les objectifs de la Phase II,  les stratégies opérationnelles  ci-après seront développées en cinq étapes :(1) la mise-en-place, encadrement et renforcement des capacités des noyaux Jeunesse Tujenge Amani, (2) l’élaboration des plans d’action de consolidation de paix à travers l’organisation des dialogues sociaux sur les problèmes/conflits violents, y compris  les défis de la réinsertion des démobilisés, (3) conduire un processus de validation et d’exécution  des plans locaux de consolidation de la paix, (4) mener des actions de plaidoyer pour la réinsertion socioprofessionnelle des jeunes désœuvrés et démobilisés et (5) l’accompagnement de communautés dans la détraumatisation psychosociale communautaire à travers la sociothérapie.

Fait à Bukavu, le 15 janvier 2018.

Pour APC
Le Programme.

 Signifie en français, construisons la paix.

English English French French German German Swahili Swahili
at Praesent Donec ut ut Curabitur venenatis dolor. mattis Aliquam quis, justo