Communique de presse en marge de la célébration ce 08/mars/2019 de la journée international de la femme

Chers chevaliers de la plume et public,

Comme vous le savez ; les Nations Unies commémorent chaque 8 Mars, la Journée internationale de la femme. Organisée sous l’égide de l’ONU, la célébration de cette journée offre une opportunité de ralliement des efforts coordonnés, déployés pour exiger la considération des droits des femmes et leur participation au processus politique, économique et social.Le thème retenu pour cette année c’est « Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement » cela veut dire que pour obtenir l’égalité des chances entre les sexes, il faut des innovations sociales qui profitent à la fois aux femmes et aux hommes, sans laissés-pour-compte. il faudra dire ici que les femmes jouent un rôle prépondérant que ça soit dans le milieux urbains ou ruraux :Elle joue non seulement son rôle traditionnel d’épouse mais aussi de mère, de ménage, de gardienne, d’éducatrice, actrice économique incontournable dans la survie des beaucoup des familles, elle est également active dans le monde du travail surmontant ainsi la pesanteur culturelle L’ONG Action pour la Paix et la Concorde, une organisation Non Gouvernementale de droit congolais dont le bureau national est basé à Bukavu déploie ses efforts au service du renforcement de la cohésion sociale et la promotion de la bonne gouvernance à travers l’implication de tous les acteurs dont particulièrement la femme. Elle accompagne également les acteurs dans la transformation positive de leurs conflits APC est parmi ces rares organisations qui ont fait preuve du respect du genre dans toutes ses réalisations avec un taux de plus de 30% de participation des femmes.Agissantes, les femmes de APC saisissent de cette occasion de 8 Mars pour partager avec les médias et le public à propos du « rôle de la femme dans la démobilisation des Ex-combattants ».En effet, nul n’ignore que la partie Est de la RDC et surtout les provinces du Nord et Sud-Kivu ont été et continuent à être victimes de l’activisme des groupes armés caractérisé par les tueries des civiles, viols, otages, pillages des ressources, destructions des infrastructures socio-économiques et la dislocation des relations intercommunautaires, etc.Éprise par le souci de l’établissement d’un ordre social apaisé, APC accompagne plusieurs structures communautaires animées par les femmes dans la transformation des conflits pour la stabilité de l’Est de la RDC.Ces structures sont entre autres ; les Cadres de Dialogue et des Médiations(CDM), les CMOS, les Noyaux Mamans et Jeunesse Tujenge Amani, les comités villages amis des enfants Chikembe Musimurembesi.

  1. Les Cadre de Dialogues et de Médiation:

Les femmes actives dans les CDM mènent les dialogues sociaux sur la persistance des groupes armés, et autres violences communautaires. Grâce à la mise en œuvre de ces activités kiaimel’on remarque une baisse des violences communautaires orchestrées par des groupes armés dans le territoire de Kalehe, Kabare, Walungu et Shabunda. Ces différents dialogues sociaux menés par ces femmes ont été alors à la base de l’organisation d’une cérémonie de demande de pardon à la communauté de Kalehe par les démobilisés et d’accueil officiel de ces Ex-combattants par la communauté et les autorités provinciales en début de l’an 2018.

  1. Les Noyaux Mamans Tujenge et les CMOS

Ces structures des femmes mènent des sensibilisations auprès des acteurs impliqués dans la stabilisation et la consolidation de la paix.Disons globalement que ces activités de sensibilisation et de médiation réalisées par ces  femmes ont été à la base d’un retranchement d’un nombre important des jeunes au sein des Groupes Armés pour leur adhésion au processus DDR, de la présence de l’autorité de l’Etat dans certaines des zones occupées par les Groupes Armés.

  1. Les Groupes de Dialogues Permanents(GDP)

Les femmes accompagnées par APC mènent les dialogues avec d’autres femmes des GDP des pays frontaliers en vue d’étudier à fonds les différents conflits qui écument les peuples de la sous-région des grands lacs et proposent des pistes de solutions aux autorités compétentes de ces pays, nous citons ici le Rwanda, le Burundi et la RDC pour un vivre ensemble harmonieux.

  1. Les Comités de Mise en Œuvre de Suivi(CMOS)

Les femmes actives surtout dans les moyens plateaux de Numbi, Numbishi, Tushunguti et Tchambombo dans le Kalehe mènent des  sensibilisations auprès des chefs des villages, les leaders locaux, les leaders des groupes armés, les autorités politico-administratives pour aboutir à une démobilisation volontaire et communautaire des groupes armés. Il faut dire que leurs propositions ont suffisamment enrichit les travaux du Forum Interprovincial sur la persistance de l’activisme des groupes armés dans les provinces du Nord et Sud-Kivu qui s’était tenu à Bukavu du 12 au 13 Septembre 2018.Le premier jalon pour la stabilisation de l’Est en particulier et de notre pays tout entier a été déjà lancé par les femmes. Certes, beaucoup reste encore à faire. C’est alors une occasion pour les femmes de APC de lancer en marge de cette commémoration de la Journée Internationale des femmes un appel vibrant à toutes les autres femmes et à la communauté toute entière pour fédérer leurs efforts en vue d’agir contre la persistance des groupes armés en passant par une démobilisation communautaire de ces groupes.Tirons nous de l’emprise de la peur, agissons pour la paix et la concorde de notre cher et beau pays la RDCongo. C’est sous ce mot que nous souhaitons une bonne célébration de la Journée internationale de la femme, spécifiquement ici de la femme congolaise ; poumons de l’économie familiale.

Nous avons dit et nous vous remercions.

English English French French German German Swahili Swahili
ultricies sem, risus et, sit Nullam justo felis libero. Praesent