PRESENTATION DE L’ORGANISATION

ACTION POUR LA PAIX ET LA CONCORDE, en Sigle APC recouvre son statut juridique d’une ONG de droit congolais, sise Avenue Kibombo N°13A, Quartier Ndendere, Commune d’Ibanda, Ville de Bukavu, Province Sud en R.D.Congo aux 3ème et le 4ème appartements, dans l’Immeuble Bakanameso ;
Enregistrée à la Division de Justice sous le n°JUST 112/SKV/2814/2009 du 18/5/2009, de la lettre n0 JUST.112/SKV/145/2009 du 7/8/2009 portant transmission dossiers de l’Asbl APC au Gouverneur de Province pour l’obtention de l’autorisation provisoire de fonctionnement; la Lettre n0 01/464/CAB/GOUPRO-SK/2018 du 11/6/2018 portant Autorisation provisoire de fonctionnement ; L’identification fiscale à la Direction Générale des Impôts, DGI n0 M73090F ; L’identification à l’Institut National de Sécurité Sociale, INSS n° 0604000444U01, le Certificat d’enregistrement au Ministère National du Plan du Plan N°576/PL/DECRE/2017 du 13 octobre 2017 et L’Accusée de réception n0 F92/13655 du Ministère national de la Justice et Garde des Sceaux portant n0 JUST/20/20/834/2010 du 5/8/2010.
Arrêté Ministériel n° 194/KB/ME/MIN/J&GS/2018 du 10 octobre 2018 accordant la personnalité juridique à l’ONG APC.

  • LES CONCESSIONNAIRES, LES PROPRIETAIRES TERRIENS ET METAYERS DU TERRITOIRE DE KABARE S’ENGAGENT A AMELIORER L’ACCES A LA TERRE DANS LES CONCESSIONS ET AUTRES PROPRIETES FONCIERES A TRAVERS LE METAYAGE

    Un acte d’engagement entre concessionnaires, propriétaires terriens et métayers a été signé le 10 Mai 2019 à Kavumu dans le territoire de Kabare au Sud-Kivu/RDC.C’est à l’issus d’un dialogue de deux jours entre concessionnaires et métayers du groupement de Bugorhé que cet acte est signé en présence du représentant de la chefferie de Kabare, du chef de groupement de Bughore, des chefs de Villages de Kabare, du président de la société civile locale ainsi que des leaders locaux. Cette activité s’est déroulée dans la grande salle de la Sous-coordination des écoles Conventionnées Catholiques de Mwanda à Kavumu.Ces journées de dialogues ont été organisées par l’ONG Action pour la Paix et Concorde (APC) en partenariat avec Mercy Corps dans le cadre du Projet FSP financé par l’USAID. L’objectif principal de ce dialogue visait la contribution à la promotion de la paix, la cohésion sociale au sein des communautés et la promotion du développement socioéconomique. Ceci à travers une vision commune et des nouvelles perspectives de construire des relations de collaboration entre métayers et concessionnaires de la chefferie de KabareLes concessionnaires et les métayers vivaient dans des tensions et conflits liés à des conditions difficiles d’accès à la terre par les métayers, alors qu’environ 11. 689 familles recourent aux métayages dans 240 concessions identifiées dans 40 villages et sous villages lors d’une Recherche Action Participative menées par les experts de APC dans le territoire de Kabare en 2018 a précisé Godefroy Batano point focal au Projet FSP.Après un dialogue vif et des travaux en carrefour engagés, chaque partie prenante a décidé  de  remplir sa part de responsabilité pour l’amélioration des conditions de vie des paysans a faible pouvoir d’achat, qui  dépendent des recettes agricoles ; aux concessionnaire d’assouplir les conditions d’accès aux champs et aux métayers de respect leurs engagements en vue de permettre la promotion du développement socio-économique du groupement de Bugorhe.C’est dans ce souci partagé d’améliorer le bien-être socioéconomique des ménages que ces deux parties ont accepté de signer l’acte d’engagement reposant sur le principe de gagnant-gagnant.

    Cet acte prévoit :

    • L’établissement et la souscription à la mise en place d’un contrat écrit de location ou métayage de 3 ans renouvelable chaque année
    • La souscription à un Salongo spécial en cas de catastrophe naturel survenue dans la concession
    • La proposition et l’exécution des travaux par taches le jour de Salongo
    • Le respect et l’honneur dus à l’engagement ainsi que le rôle et responsabilité des parties prenantes signataires de l’acte d’engagement.

    Précisons ici qu’à près la signature de l’acte d’engagement à Kavumu, les métayers et concessionnaires du groupement d’Irambi-Katana ont signé le même acte d’engagement à Katana en date du 31 Mai 2019. C’était à l’issu d’un dialogue social de deux jours organisé du 30 au 31 Mai 2019 dans la salle de New Riviera de Katana. C’était en présence du représentant  de la chefferie de Kabare, du chef de groupement d’Irhambi Katana, des chefs de village de Mwanda, Kabushwa, Kabamba, Kadjucu, Kahungu, Mabingu ainsi que les représentants de la société civile et leaders locaux

    Il prévoit pour les concessionnaires :

    • Le respect du salongo d’un seul jour par semaine dont la durée est de 7 heures au maximum
    • L’exemption du travail au métayer frappé par un évènement malheureux et heureux concernant les membres de famille les plus proches
    • L’adaptation de frais locatif ou de métayage (Chishoko) selon chaque concession
    • L’acceptation de l’établissement et la souscription à la mise en place d’un contrat de location ou métayage, écrit de 1 à 3 ans renouvelables, dans lequel on définit les frais de location, les types des cultures, tout en tenant compte de la fertilité de la parcelle en question le payement sera fait annuellement
    • L’organisation des rencontres de dialogue entre concessionnaires et ;métayers une fois l’année et chaque fois les besoins se présentent
    • Le respect des droits humains et les biens des métayers

    Et pour les métayers cet acte prévoit :

    • La sensibilisation de touts les métayers à un travail avec amour dans le champs des concessionnaires comme dans leurs champs propres pour que les heures convenues soient bénéfiques pour les deux parties
    • Le respect du contrat établi entre les parties dans lequel on définit les frais de location, les types des cultures, tout en tenant compte de la fertilité de la parcelle en question
    • Le payement des frais de location selon le délai convenu dans le contrat
    • La participation à des rencontres de dialogue annuel et ou circonstanciel avec les concessionnaires

    Un ouf de soulagement a été fait de part et d’autre. Le souci d’un suivi de la mise en application de l’acte reste majeur.

  • COMMUNIQUE DE PRESSE  EN MARGE DE LA CELEBRATION CE 8 MARS 2019 DE LA JOURNEE INTERNATION DE LA FEMME

    Chers chevaliers de la plume et public,

    comme vous le savez ; les Nations Unies commémorent chaque 8 Mars, la Journée internationale de la femme. Organisée sous l’égide de l’ONU, la célébration de cette journée offre une opportunité de ralliement des efforts coordonnés, déployés pour exiger la considération des droits des femmes et leur participation au processus politique, économique et social.Le thème retenu pour cette année c’est « Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement » cela veut dire que pour obtenir l’égalité des chances entre les sexes, il faut des innovations sociales qui profitent à la fois aux femmes et aux hommes, sans laissés-pour-compte. il faudra dire ici que les femmes jouent un rôle prépondérant que ça soit dans le milieux urbains ou ruraux :Elle joue non seulement son rôle traditionnel d’épouse mais aussi de mère, de ménage, de gardienne, d’éducatrice, actrice économique incontournable dans la survie des beaucoup des familles, elle est également active dans le monde du travail surmontant ainsi la pesanteur culturelle L’ONG Action pour la Paix et la Concorde, une organisation Non Gouvernementale de droit congolais dont le bureau national est basé à Bukavu déploie ses efforts au service du renforcement de la cohésion sociale et la promotion de la bonne gouvernance à travers l’implication de tous les acteurs dont particulièrement la femme. Elle accompagne également les acteurs dans la transformation positive de leurs conflits APC est parmi ces rares organisations qui ont fait preuve du respect du genre dans toutes ses réalisations avec un taux de plus de 30% de participation des femmes.Agissantes, les femmes de APC saisissent de cette occasion de 8 Mars pour partager avec les médias et le public à propos du « rôle de la femme dans la démobilisation des Ex-combattants ».En effet, nul n’ignore que la partie Est de la RDC et surtout les provinces du Nord et Sud-Kivu ont été et continuent à être victimes de l’activisme des groupes armés caractérisé par les tueries des civiles, viols, otages, pillages des ressources, destructions des infrastructures socio-économiques et la dislocation des relations intercommunautaires, etc.Éprise par le souci de l’établissement d’un ordre social apaisé, APC accompagne plusieurs structures communautaires animées par les femmes dans la transformation des conflits pour la stabilité de l’Est de la RDC.Ces structures sont entre autres ; les Cadres de Dialogue et des Médiations(CDM), les CMOS, les Noyaux Mamans et Jeunesse Tujenge Amani, les comités villages amis des enfants Chikembe Musimurembesi.

    1. Les Cadre de Dialogues et de Médiation:

    Les femmes actives dans les CDM mènent les dialogues sociaux sur la persistance des groupes armés, et autres violences communautaires. Grâce à la mise en œuvre de ces activités kiaimel’on remarque une baisse des violences communautaires orchestrées par des groupes armés dans le territoire de Kalehe, Kabare, Walungu et Shabunda. Ces différents dialogues sociaux menés par ces femmes ont été alors à la base de l’organisation d’une cérémonie de demande de pardon à la communauté de Kalehe par les démobilisés et d’accueil officiel de ces Ex-combattants par la communauté et les autorités provinciales en début de l’an 2018.

    1. Les Noyaux Mamans Tujenge et les CMOS

    Ces structures des femmes mènent des sensibilisations auprès des acteurs impliqués dans la stabilisation et la consolidation de la paix.Disons globalement que ces activités de sensibilisation et de médiation réalisées par ces  femmes ont été à la base d’un retranchement d’un nombre important des jeunes au sein des Groupes Armés pour leur adhésion au processus DDR, de la présence de l’autorité de l’Etat dans certaines des zones occupées par les Groupes Armés.

    1. Les Groupes de Dialogues Permanents(GDP)

    Les femmes accompagnées par APC mènent les dialogues avec d’autres femmes des GDP des pays frontaliers en vue d’étudier à fonds les différents conflits qui écument les peuples de la sous-région des grands lacs et proposent des pistes de solutions aux autorités compétentes de ces pays, nous citons ici le Rwanda, le Burundi et la RDC pour un vivre ensemble harmonieux.

    1. Les Comités de Mise en Œuvre de Suivi(CMOS)

    Les femmes actives surtout dans les moyens plateaux de Numbi, Numbishi, Tushunguti et Tchambombo dans le Kalehe mènent des  sensibilisations auprès des chefs des villages, les leaders locaux, les leaders des groupes armés, les autorités politico-administratives pour aboutir à une démobilisation volontaire et communautaire des groupes armés. Il faut dire que leurs propositions ont suffisamment enrichit les travaux du Forum Interprovincial sur la persistance de l’activisme des groupes armés dans les provinces du Nord et Sud-Kivu qui s’était tenu à Bukavu du 12 au 13 Septembre 2018.Le premier jalon pour la stabilisation de l’Est en particulier et de notre pays tout entier a été déjà lancé par les femmes. Certes, beaucoup reste encore à faire. C’est alors une occasion pour les femmes de APC de lancer en marge de cette commémoration de la Journée Internationale des femmes un appel vibrant à toutes les autres femmes et à la communauté toute entière pour fédérer leurs efforts en vue d’agir contre la persistance des groupes armés en passant par une démobilisation communautaire de ces groupes.Tirons nous de l’emprise de la peur, agissons pour la paix et la concorde de notre cher et beau pays la RDCongo. C’est sous ce mot que nous souhaitons une bonne célébration de la Journée internationale de la femme, spécifiquement ici de la femme congolaise ; poumons de l’économie familiale.

    Nous avons dit et nous vous remercions.

  • LES ACTEURS PARTICIPANTS AU DIALOGUE SOCIAL SUR LES CONFLITS ET PROBLEMES MAJEURS QUI DESTABILISENT LE TERRITOIRE DE WALIKALE S’ENGAGENT A SOUTENIR LE PROCESSUS DE STABILISATION DE WALIKALE.

    Dans le but de contribuer à la promotion de la paix,  la stabilisation, la cohésion sociale et la relance du développement socioéconomique à travers des nouvelles perspectives ; un acte d’engagement des acteurs participants au dialogue social sur les conflits et problèmes majeurs qui déstabilisent le territoire de Walikale a été signé le 26 Juin 2019 à Walikale centre dans la province du Nord-Kivu.

    Le dialogue social qui a débouché sur la signature de l’acte a été facilité par APC dans  le cadre du programme Tujenge Amani! Avec l’accompagnement du Département Fédéral des Affaires Étrangères Suisse(DFAE) à travers son Ambassade à Kinshasa. Il s’aligne au programme de Stabilisation et Reconstruction de l’Est de la RDC (STAREC) soutenu par la Stratégie Internationale d’appui à la Sécurité et à la Stabilisation de l’Est de la RDC (I4S).

    L’objectif de ce dialogue de trois jours était de contribuer à la promotion de la paix et la cohésion sociale pour la relance du développement socioéconomique du territoire de Walikale. Les acteurs non étatiques  et étatiques du Territoire de  Walikale notamment les autorités politiques et administratives, autorités coutumières, les services de sécurité, membres des associations de la société civile, des jeunes, des femmes, l’ICCN, le service des mines, les confessions religieuses, ont participé aux travaux.

    Ce dialogue social qui a regroupé 67 personnes, a connu trois moments forts :

    • Au premier jour la restitution des résultats de l’atelier d’Avril a été faite, le renforcement de capacité des participants sur la culture de dialogue social ainsi que la constitution des trois panels pour analyser les causes profondes des conflits  et problèmes majeurs qui déstabilisent le territoire de Walikale qui sont :
    • Les conflits de pouvoir coutumier
    • Les conflits liés à l’exploitation des ressources naturelles
    • Les conflits liés à l’activisme des groupes armés
    • Au deuxième jour il était question pour les panelistes de travailler sur les pistes de solutions et les stratégies susceptibles de transformer positivement ces conflits,
    • Et le troisième jour a consisté à l’élaboration du plan d’action ainsi que les mécanismes de sa mise en œuvre

    Pendant ces trois jours, les participants ont travaillé en panel correspondant à ces trois thématiques pour les quels ; les résultats ont été amendés et validés en plénière afin de produire pour chaque thématique, les causes, les actions concrètes à mener, les responsables, les mécanismes de mise en œuvre, le lieu et la période d’exécution.

    En fin les participants au dialogue social, ont réitérer leur engagement de soutenir le processus de stabilisation du territoire de Walikale en mettant en .œuvre les actions définies dans le plan d’action.

  • LES ACTEURS SOCIAUX, LES AUTORITES POLITICO-ADMINISTRATIVES ET SECURITAIRES S'ENGAGENT A INTERAGIR HARMONIEUSEMENT DANS LE PROCESSUS DE LA REMISE VOLONTAIRE D'ARME DE GUERRE DANS LES GROUPEMENTS DE BUZI ET ZIRALO EN TERRITOIRE DE KALEHE.

    Au cours des intenses travaux en atelier de deux jours(du 2 au 3 Août 2018) organisés à Numbi par le Comité de Mise en Œuvre de Suivi(CMOS) de Numbi-Lumbishi et Tshunguti-Chambombo avec l'accompagnement de l'ONG Action pour la Paix et la Concorde(APC)/UN HABITAT, les participants ont défini les actions stratégiques concrètes de collaboration et de consolidation de la paix dans leurs milieux. Parmi ces actions on retient:

    - l'organisation des forums communautaires sur le conflit minier dans le site minier de Ruziba
    -l'organisation des forums communautaires sur la démobilisation des groupes armés et la détention illégale d'arme de guerre par certains membres de la communauté à Numbi, Murambi, Ufamundu 1et 2 ,et en fin à Mufunyishanga dans le Masisi et Tushunguti
    -l'organisation des rencontres avec les combattants des groupes armés sur la détention illégale d'arme et la remise volontaire d'arme de guerre pour la réduction des violences sur les populations civiles
    Etc.D'une pierre deux coups, travaillant avec abnégation sur le renforcement de leur collaboration, et après avoir participé activement aux différentes présentations, aux travaux en carrefour et aux échanges en plénière, les acteurs sociaux, les autorités politicoadministratives et sécuritaires ont donné en prélude d'un forum interprovincial sur la persistance des groupes armés au Nord et Sud-Kivu, leur contribution en terme d'actions prioritaires. Ces actions qui pourront alimenter les échanges sont les suivantes :
    - la création des centres d'apprentissage et des métiers dans les zones cibles dans le Kalehe, Masisi et Walikale.
    - la création des centres de démobilisation et de réinsertion socioéconomique des éléments issus des groupes armés
    - le déploiement des militaires de FARDC dans les sites à problèmes
    - l'organisation des rencontres des concertations des autorités, leaders communautaires, les ONGs Partenaires au projet.
    - la mise en place et la formation des structures de transformation des conflits CDM, CMOS dans les zones ciblées dans les territoires de Kalehe, Masisi et Walikale.- renforcer les leaders locaux actifs des groupes armés de ces 3 territoires pour les sensibiliser à la démobilisation et à la remise volontaire d'armes de guerre.
    - sensibiliser les parents et les jeunes à la remise volontaire d'armes de guerre dans les 3 territoires.- dénoncer les récalcitrants ou les réfractaires au près des autorités.C'est alors sous une alliance renforcée de collaboration dans la recherche de la paix que ces assisses de Numbi ont été clôturées. Dans laps de temps, les CMOS, les autorités politico administratives et sécuritaires feront un passage à l'acte.
  • Le nominé du jour, se livrant à la presse a reconnu,à juste titre la delicatesse du combat qu’il est appelé à mener.

    « Nous devons redoubler d’efforts pour la transformation positive de notre société en termes du capital humain, surtout encore, d’anéantissement de tous les systèmes qui avilissent l’homme, de la déconstruction des stéréotypes et autres formes de la manipulation qui éloignent les hommes des hommes. Ceci, pour, sans prétendre mettre fin aux conflits, mais en réduire, grâce à des mécanismes de médiation, toute violence susceptible de disloquer la communauté ».Et pour rassurer l’opinion de la possibilité d’y arriver, donc de sauver le pays d’une crise de manque de paix, il cite un adage de l’ex président américain, Barack OBAMA, « quand on veut, on peut ».Comme pour dire autrement, « Yes, we can ».

  • Bukavu : Deo BUUMA, acteur de la société civile nominé Ambassadeur pour la paix

    Ce prix de reconnaissance lui a été décerné au cours de la cérémonie de sortie officielle du conseil des confessions religieuses par la fédération pour la paix universelle le 10 mars 2018 en la salle concordia. C’est elle qui l’a décoré pour ses nombreux efforts dans la recherche et la consolidation de la paix au Sud-Kivu.L’heureux lauréat, coordonnateur de l’ONG Action pour la Paix et la Concorde, APC n’a pas hésité à exprimer sa gratitude pour ce geste qui vient récompenser sa lutte de longue haleine pour la paix sociale.

  • COMPTE RENDU DE LA VISITE DE USAID AU  SEIN CDM BUSHUMBA/KASHUSHA  EN DATE DU 18 MAI 2018.

    Dans le cadre du projet FSP volet bonne gouvernance une délégation de USAID représentée par son Chef de Mission en RDC accompagné avec celle de Mercy Corps représentée par madame Pauline, la chargée de qualité du projet FSP, a fait une descente sur le terrain en date du 18 mai 2018 dans le village Cikoma, groupement de Bushumba.L’objectif de cette visite était de faire un suivi des activités du programme FSP en particulier les activités agricoles ainsi que celles de la bonne gouvernance. C’est dans ce dernier volet que le CDM Bushumba a été sélectionné pour ce visite.

  • ATELIER D'ECHANGE SUR LES RESULTATS DE L'ANALYSE DES CONFLITS DANS LE TRIANGLE KABARE - SHABUNDA - WALUNGU ENTRE LES AUTORITES PROVINCIALES ET LES LEADER DES COMMUNAUTES DES CES TERRITOIRES VIVANT A BUKAVU

    Dans le but de renforcer l'engagement de parties prenantes (étatiques, sociaux et partenaires) dans la mise en oeuvre des actions prioritaires issues de l'atelier de formation des formateurs en techniques d'analyse des conflits pour la stabilisation du triangle Walungu- Shabunda- Kabare APC a organisé le 5 février 2019 à Bukavu, un atelier d'échange sur cette problématique en faveur des autorités provinciales et les leaders communautaires de ce territoires vivant à Bukavu.
    Tous à l'unissons, les participants aux ateliers d'échange sur les résultats des conflits violents dans le triangle dit de la mort à savoir, Kabare-Walungu-Shabunda déplorent l'activisme des groupes armés, les conflits liés à l'accès, le contrôle et l'exploitation de ressources naturelles ainsi que les conflits successoraux. Pour matérialiser la recommandation des acteurs locaux lors de la restitution de Ngweshe en date du 24 au 26 Octobre 2019, les résultats de ces analyses de conflits ont été portés à la connaissance des acteurs de ces trois entités vivants à Bukavu aux côtés des autorités provinciales civiles et militaires par APC à travers le programme Tujenge Amani ! appuyé par le Département des Affaires Etrangères Suisses à travers l'ambassade suisse à Kinshasa.
    A l'issue d'un fructueux processus d'échanges au Centre Régional de Paix à Nguba, qui a permis aux acteurs d'amender, enrichir et adopter les résultats, les participants ont amélioré leur compréhension quant à la complexité et les dynamiques des conflits tels qu'ils se posent dans le triangle. Ils se sont par la suite engagés à la mise en oeuvre des actions prioritaires de stabilisation telle quelles étaient définies par les acteurs locaux pour le renforcement de la cohésion sociale gage de la relance du développement socioéconomique du triangle.
    Ces engagements s'articulent sur la tenue des dialogues sociaux, l'organisation des sensibilisations auprès des groupes armés pour une remise volontaire d'armes pour la paix et de l'amélioration de la gouvernance.
    La notabilité du triangle vivant à Bukavu promet quant à elle, la sensibilisation des jeunes ayant pris illégalement les armes à les déposer et à réintégrer la vie civile ou à intégrer les forces armées. La 33ème région militaire rappelé combien la sécurité est une affaire de tous, elle a invité les uns et les autres au respect et la matérialisation des engagements pris. 
    Pendant ce temps la MONUSCO a réitéré son appui indéfectible au processus de stabilisation du triangle. Très impressionné par la qualité du travail abattu par les participants, le représentant de l'ambassade Suisse à cet échange, Mr Robert Bachmann n'a pas caché son enchantement. Il a remercié les participants ainsi que l'organisateur APC. Il a rassuré que la Suisse poursuivra son appui au Programme Tujenge Amani !
    Mme Josée Kusinza, Coordonnatrice adjointe du STAREC et représentante de l'autorité provinciale empêchée, a d'abord félicité APC pour sa perspicacité et son expertise avérée dans le processus de prévention et de transformation des conflits  avant d'inviter toutes les parties prenantes à s'impliquer résolument chacune en ce qui le concerne.
    Déo Buuma S.E APC dans sa note de satisfaction promet que son organisation intégrera dans son rapport de recherche toutes les informations d'enrichissement récoltées lors de ces échanges. Remerciant l'ambassade Suisse pour son appuie, il a émis les voeux de voir la matérialisation des engagements pris à au Centre Régional de Paix de Nguba se transformer en une sincérité vivable.  
  • RENCONTRE A BUKAVU DANS LE CADRE DU PROJET D'APPUI A LA MISE EN OEUVRE DE LA FEUILLE DE ROUTE

     
    Le processus de la mise en oeuvre de la feuille de route issue du Forum Interprovincial du 12 au 13 Septembre 2018 sur la persistance de l'activisme des groupes armés dans les provinces du Nord et Sud-Kivu va bon train.
    Il s'est tenu à Bukavu le 01 mars 2019, une rencontre dans le cadre du projet d'appui à la mise en un œuvre de ladite feuille.
    Cette rencontre a été co-presidée par leurs Excellences Ministres Provinciaux de Plan  de deux provinces ,Muller Ruhimbika pour le Sud-kivu et Madame SHEMATSI BAENI du Nord-Kivu.
    Les participants à la réunion accordés sur:
    - l'impératif d'accélérer le processus en mettant en œuvre le projet prévu s'impose
    - la communication sur la réunion interprovincial tenue ce 1 mars 2019 au près des médias
    - la communication avec Kinshasa sur le processus
    - la disponibilité  du document final d'ici le 7 mars 2019
    - la définition d'une date de la réunion du comité de suivi et celle de CAP
    - l'intégration d'oune organisation du Nord Kivu travaillant sur le pilier dialogue démocratique dans la mise en œuvre du projet
    - l'actualisation les données sur les Groupes Armés et leur volonté à se démobiliser par les ONG( APC et Alerte).
    - l'affinement de la méthodologie et le texte du projet.
    Ont pris aussi part, les Chargés de Missions du Programme STAREC SUD-KIVU et NORD-KIVU, les  délégués de l'Unité  d'Appui à la Stabilisation de  MONUSCO et d'autres partenaires entre autres UN HABITAT, Alert International et Action pour la Paix et la Concorde APC en sigle et du Professeur Emery Mudinga Consultant en la matière.
  • Sites  d’intervention

    Ville de Bukavu ; territoire de Kalehe (dans les 15 Groupements) ; territoire de Kabare: Kabamba, Katana, Kayandja, Kavumu ; territoire de  Shabunda dans les deux chefferies : Bakisi et Wakabango Ier ; territoire de Walikale (Nord-Kivu) : dans les  groupements Waloaloanda et Bakano ; Le processus de transformation des conflits vient de commencer dans le territoire d’Uvira et Zone d’Itombwe par une analyse du contexte des conflits et au niveau Régional au Rwanda et au Burundi.

  • Stratégie d’intervention

    La recherche, l’analyse des dynamiques conflictuelles étant au cœur du processus de transformation des conflits, APC a développé une approche réflexive : la Recherche Action Participative(RAP), qui  permet de s’assurer de la partition de toutes les parties prenantes dans le processus de transformation des conflits.

  • Mécanisme de transformation des conflits

    Dans sa démarche de Prévention et de Transformation positive des Conflits à la base, APC collabore avec les communautés locales et les autorités pour élaborer des mécanismes alternatives de transformation non violentes des conflits. Ce processus a abouti à la mise en place des Cadres de Dialogue et de Médiation, CDM. Ces structures communautaires de transformation des conflits sont constituées par dix à douze membres élus au cours des assemblées électives dans lesquelles toutes les catégories et couches sociales identifiées. Le principe de la représentativité met un accent  particulier sur la  participation d’au moins 40% des femmes, la représentation des autorités coutumières et des différentes communautés ethniques.

    Le dialogue social: En premier lieu, au niveau local, le dialogue se passe  à la base à travers les rencontres de dialogue organisées par les membres des CDM pour que les acteurs locaux trouvent de manière consensuelle et non violente des solutions aux problèmes qui les opposent. En second lieu, organisés par APC aux niveaux territorial, provincial, national et régional ; le dialogue entre les acteurs directement touchés à ces niveaux dont les autorités coutumières, politico-administratives et les services de sécurité pour la recherche.

  • Quelques réalisations

    A travers l’approche RAP, APC mené des analyses du contexte socio sécuritaire de manière pérennante et des Recherche Action Participative approfondies sur des thèmes spécifiques. A titre illustratif nous citons : 2009-2011, Analyse du contexte socio-sécuritaire du Territoire de Kalehe ; 2011-A nos jours : RAP sur les conflits fonciers en territoire de Kalehe ; 2015 : Analyse de besoins en stabilisation pour le territoire de Kalehe au compte de Starec/I4S avec un rapport qu’utilise les acteurs intervenants dans cette zone au sein de I4S/Starec ; 2015 RAP sur Terres, Identité, Pouvoir, Mouvement des populations et conflits dans la Région de Grands Lacs ; production du rapport sur la promotion des droits de la femme intitulé « Femme au cœur du changement social : construire sur l’expérience de APC en territoires de Kalehe et de Kabare » ;  2016 : Analyse du contexte socio-sécuritaire dans le Territoire d’Uvira et la Zone d’Itombwe et Analyse des dynamiques des conflits en territoire de Shabunda. et de défense des droits de la femme à l’héritage et à l’accès à la terre dans Kabare. En termes d’avancées actuelles sur les perceptions, rôles et statuts de la femme résultent, sans doute, des activités de plusieurs intervenants, la contribution d’APC se situe à trois niveaux. Primo, à travers la mise en œuvre des projets spécifiques de promotion des droits de la femme. Secundo, par la mise en place d’espaces d’expression pour les femmes à travers les CDM où elles sont représentées, discutent et participent activement au processus de changement dans leurs milieux. L’implication des femmes dans les CDM s’observent ainsi à plusieurs égards : i) leur présence dans les CDM a renforcé leur prise de parole (par exemple lors des réunions de familles) ;ii) elle a renforcé leur prise de position (à cause des connaissances acquises) et enfin, iii)  leur implication les poussent à prendre des initiatives (par exemple ester en justice, réclamer l’héritage, demander le mariage civil, etc). Le troisième niveau d’intervention d’APC se situe au niveau de la permanence et du rayonnement des CDM. Ainsi, selon les rapports des CDM entre 2010 et 2015, les cadres de dialogue et de médiation impliquant les femmes ont documentés 3260 conflits parmi lesquels 1205 ont été résolution par médiation et conclus par les actes de compromis signés entre les parties.L’accompagnement des structures communautaires comme la mise en place de vingt « chikembe musi murembesi » (comités villages amis des enfants) avec UNICEF dans la zone de santé de Bunyakiri. L’appui financier de ces structures en argent ( ex : plus de cent mille dollars dans les 20 Chikembe comme vouchers pour l’appui aux actions prioritaires retenus par chaque Chikembe ou comité village amis des enfants dans son plan local de développement) pour développer les capacités d’autogestion, auto-prise en charge.  En plus, APC accompagne 20 Cadres de Dialogue et de Médiation (CDM) dans les actions de prévention et transformation des conflits en territoires de Kalehe et de Kabare. En termes de résultats, pour l’année 2015, les différents CDM ont sensibilisés un total de 92.260 personnes, dont 68% des adultes, dont 29,8% d’hommes et 39% femmes et 32 % des jeunes filles et garçons. Pour ce qui est du processus de médiation entre les parties en conflit, les CDM ont identifiés et documentés 3881 conflits parmi lesquels la moitié 1944 conflits soit 50,1%, ont  été résolu par médiation avec la signature d’actes de compromis pour une clôture durable.Les actions de dialogues sociaux permettent aux acteurs étatiques et ceux de la société civile ainsi que les parties aux conflits d’analyser leurs problèmes, les comprendre mieux, définir des  plans d’actions susceptibles d’améliorer la situation et toutes les parties prenantes de s’engager dans la mise en œuvre des actions définies. Ainsi on observe à des changements significatifs comme : La cohabitation entre les membres de différentes communautés  est  renforcée ; La mise en œuvre des actions et des engagements issus de dialogues sociaux par les parties prenantes, qui contribue à la réduction des violences dans les sites de nos projets, notamment la reddition des ex-combattants et la remise des armes aux FARDC.  A titre illustratif, pour l’année 2015, APC a organisé 11 dialogues sociaux sur différents thématiques au niveau territorial, provincial, interprovincial national et régional. Ces dialogues ont impliqués des acteurs étatiques et non étatiques sur des thèmes identifiés dans un processus participatif.

NOTRE MISSION

Sa mission est l’accompagnement des acteurs dans la transformation positive de leurs conflits.

NOTRE VISION

APC a pour vision une Afrique sans conflits communautaires violents

NOS OBJECTIFS

APC s’est fixée comme objectifs de Contribuer à la promotion de la paix et la concorde entre communautés en conflit, Contribuer au renforcement des capacités des acteurs impliqués dans la transformation des conflits et Promouvoir la bonne gouvernance.
logo
English English French French German German Swahili Swahili
elit. risus Aliquam facilisis et, quis luctus mi,